Un mariage à l’ile d’Arz

Le mariage de Mélanie et Laurent débute de manière assez conventionnel avec une cérémonie civile à la mairie de Theix. Les mariés font forte impression en arrivant dans une vieille 404 Peugeot décapotable.

La cérémonie à l’église est une bénédiction, formule la plus souvent choisie aujourd’hui, plus courte qu’une messe. J’avais vu beaucoup de haies d’honneur différentes, souvent dans les différents corps de l’armée, mais une haie d’honneur de chaussures de sport, c’était la première fois ! En effet, nos mariés sont des sportifs, Laurent est champion de Bretagne du semi-marathon…

Cette étape officielle passée, les invités sont invités à reprendre leurs véhicules pour se rendre à Port Anna à Séné. 

Là, les Taillevent, groupe de chant de marin attends les invités au ryhtme de l’accordéon diatonique. Les mariés arrivent eux aussi et découvrent cette surprise, se joignent aux convives et tout ce petit monde embarque sur le bateau qui fait la navette avec les Iles du Golfe.

Aujourd’hui c’est cap sur l’Ile d’Arz !

A bord, les chants de marin se succèdent, on boit un verre à la santé des mariés, le vent décoiffe un peu Mélanie qui n’en a cure car le moment sonne juste, l’ambiance est vraie, et ça se lit sur les visages…

Arrivée sur l’Ile, pas de voiture (mis à part pour les personnes âgés ayant des difficultés à se déplacer), le cortège fait route, telle une procession vers le domaine de Bilhervé où aura lieu le reste de la journée et la soirée.

Arrivé sur site, nous nous éclipsons avec les mariés pour réaliser quelques photos de couple. 

Je n’aime pas trop cette situation d’ordinaire car elle sépare les mariés de leurs invités. Mais, les conditions sur une île sont particulières et je rentre par le dernier bateau, pas d’autre alternative !

La marée est basse, le Golfe du Morbihan pouvant être dans ce cas là un peu vaseux, nous ne nous attardons pas trop à faire des photos sur la plage pour nous orienter vers les pins et les champs bordant le rivage. Le ciel est certes gris, mais la lumière est douce. Ils sont beaux, souriants, heureux d’être là et ça se voit….

Les chroniques d'un photographe de mariages

Capturer les émotions.

Retour haut de page